Google a aussi ses intellectuels

Vint Cerf, l’un des dirigeants de Google affirmait mercredi 20 novembre, devant la FTC (« Federal trade commission », chargée de la protection du consommateur) que « la vie privée pourrait bien être une anomalie ». Selon lui, ce concept est le fruit récent de la révolution industrielle et de la croissance des villes, et sa protection n’était même pas garantie il y a quelques dizaines années. Bref, c’est une anomalie historique. M. Cerf estime d’ailleurs que dans les années qui viennent, il sera de plus en plus difficile d’assurer le respect de la vie privée. 

M. Cerf a donc trouvé LA réponse à ceux qui accusent Gougoule de ne pas respecter la vie privée : la vie privée n’existe pas, c’est une anomalie récemment apparue et condamnée à disparaitre.

Mais M. Cerf va plus loin. Comme la CNIL (Commission informatique et liberté) française et ses équivalents européens étudient les moyens d’obliger Glouglou à respecter les lois européennes sur le sujet, jeudi 21 novembre, M. Cerf est allé bramer, devant le congrès des juristes de l’IAAL (International association for the advancement of law) que le respect des lois est lui aussi une anomalie : c’est une obligation récente, qui n’existait pas il y a encore quelques dizaines de siècles, et condamné à disparaitre à court terme, du moins en ce qui concerne les grandes entreprises transnationales comme Google. Celles-ci se sont d’ailleurs déjà auto-dispensées du paiement de l’impôt. Demain, elles choisiront les lois auxquelles elles obéiront.

Mais ce n’est pas tout : nous nous sommes procuré le texte d’une intervention du Cerf prévue lors d’un congrès d’historiens dans les tout prochains jours. Bambi y prônera une modification du texte de la déclaration d’indépendance américaine. Dans le célèbre passage : « tous les hommes sont créés égaux ; ils sont doués par le Créateur de certains droits inaliénables ; parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur. », la fin serait remplacée par « … et la recherche du profit », le bonheur humain étant une notion apparue récemment, et déjà dépassée en ces temps de néolibéralisme, etc.

Mais la connerie, elle, est hélas intemporelle.

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s