Pourquoi la COP21 n’a pas été annullée

Deux semaines seulement après les attentats du 13 novembre va s’ouvrir, le 31, la 21e conférence des Nations unies sur les changements climatiques, plus connue sous le nom de COP21. Après de longues hésitations, le gouvernement a décidé de maintenir la conférence en renforçant les mesures de sécurité.
L’UnFaux est en mesure de vous donner les raisons de cette décision : après avoir longuement examiné le contenu des débats des 20 COP précédent, le gouvernement est parvenu à la conclusion que le seul engagement des participants à ces conférences ayant été rigoureusement respecté, c’est la promesse solennelle de se rencontrer lors de la COP suivante. Comme l’explique un collaborateur de Laurent Fabius :
« La COP21, c’est le seul résultat obtenu au cours de la COP20 de Lima ; il n’était pas question de détruire le bilan de Lima 2014. »

Nous sommes en mesure de vous donner en essclusivité le texte probable de la page internet qui sera consacrée à la COP21 sur le site du ministère français des Affaires étrangères (le texte suivant a été obtenu par extrapolation à partir des données actuelles *) :

« La conférence des parties à la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques s’est tenue du 30 novembre au 11 décembre 2015 à Paris (COP21). Il s’agissait d’une étape déterminante pour aboutir à un accord universel de lutte contre le dérèglement climatique au Maroc en novembre 2016 (COP22).

Le rôle de la France à Paris

La France s’est fortement mobilisée pour la COP2 de Paris qui était une étape déterminante pour aboutir à un accord universel de lutte contre le dérèglement climatique au Maroc en décembre 2016 (COP22).

En effet, c’est à Paris que Laurent Fabius et la délégation française ont lancé officiellement la préparation de la conférence du Maroc en 2015. En tant que présidente, la France a été à l’écoute de tous les membres de la conférence pour favoriser le consensus et parvenir à un accord universel fin 2016.

A Paris, le travail de la présidence et l’esprit de compromis des parties a permis de franchir une étape essentielle dans le processus de négociations. La décision Paris Call for Climate Action ou l’Appel de Paris pour l’action climatique constitue une base de travail dans la perspective d’un accord au Maroc en novembre 2016, avec deux avancées principales :

L’élaboration d’un avant-projet de texte de négociation qui servira de base aux discussions pour aboutir à un projet d’accord en mai 2016.
La définition d’un processus de présentation des contributions nationales

Un avant-projet d’accord pour Maroc 2016

Les travaux de Lima ont permis d’élaborer un avant-projet de texte pour l’accord de Paris. Ce document représente le fruit d’une année de propositions et d’échanges entre les parties, qu’il recense.

Il confirme que le périmètre de l’accord devra traiter aussi bien de l’atténuation de l’impact du dérèglement climatique, de l’adaptation à celui-ci et des moyens de mise en œuvre du futur accord.
Le processus de présentation des contributions nationales a été défini.

Les contributions déterminées nationalement doivent être présentées au premier trimestre 2016. La décision de Paris définit les paramètres des contributions nationales, leur contenu et les informations additionnelles qui pourront les accompagner. Il s’agit de règles provisoires qui ne préjugent pas formellement des règles définitives du nouvel accord qui ne seront décidées, comme leur nature juridique, qu’au Maroc.

Chaque partie, sans distinction entre pays développés et pays en développement, devra présenter une contribution nationale qui renforcera les actions qu’elle a déjà engagées.

La décision place pour la deuxième fois le principe de responsabilités communes mais différenciées et de capacités respectives qui s’applique sous la Convention dans le contexte des circonstances nationales des pays.

Ces contributions seront rendues publiques début novembre 2016. Le secrétariat de la CCNUCC publiera un rapport agrégeant les contributions, qui permettra de déterminer leur effet cumulé au regard des objectifs de la Convention. »

* on a copié-collé le texte sur la cop20 en changeant les dates et les lieux, quoi…

Publicités

une cellule d’aide psychologique pour les stagiaires des chaines infos chargés des best-of de catastrophes

Les chaînes infos ont annoncé aujourd’hui la création d’une cellule psychologique commune pour venir en aide aux stagiaires chargés de la rédaction des best-of après les catastrophes. En effet, après chaque accident, attaque terroriste, meurtre multiple, les chaines infos rivalisent pour être la première à sortir le « top 5 » des évènements similaires. Un stagiaire de jTélé témoigne du traumatisme causé par ces recherches : « je n’avais jamais entendu parler de l’accident de Beaune en 82, tout ces enfants morts brûlés, c’est terrible. » Et d’expliquer que la mise en place d’une cellule psychologique est un pas en avant important, mais que cela ne suffit pas : « il faut organiser une rotation des rôles. Faire en sorte que celui qui rédige un best-off d’accident soit chargé la fois d’après de retrouver les gens-qui-ont-failli-monter-dans-le-train/l’avion/l’autocar-mais-finalement-non-et-qui-ont-donc-miraculeusement-échappé-à-la-mort, parce que c’est une tâche qui est émotionnellement très satisfaisante ». Espérons que cet appel sera entendu.


Quand Calais fait déprimer le président Hollande

Inquiétude dans l’entourage du président Hollande : le chef de l’État vit très mal la crise des migrants à Calais. « Vous vous rendez compte, aurait-il dit à ses proches, ces gens viennent de pays où il y a la guerre, la famine, ils arrivent en France, et ils n’ont qu’une idée, repartir ! Et pour aller où? en Angleterre? On a la meilleure gastronomie du monde, des milliers de kilomètres de plages et ils ne pensent qu’à passer chez les buveurs de thé !!! » Du coup, le Président serait vexé, cafardeux, limite dépressif. Il se raconte que c’est l’explication du mystère qui entoure le lieu de vacances présidentielles : il serait à l’isolement dans une maison de repos où il regarde en boucle des images de chefs d’État étrangers en visite en France et faisant l’éloge de notre beau pays.

Yves Habbiun, pour l’UnFaux


La présidence française au secours de l’agence de protection de l’environnement américaine

Imaginez un organisme gouvernemental chargé de protéger l’environnement qui déverse accidentellement dans une rivière plus de 11 millions de litres d’eau polluée, contenant entre autres du plomb et de l’arsenic et qui, pour couronner le tout, donne à la rivière une couleur orange profond visible à des kilomètres. C’est ce qui vient d’arriver au Colorado à l’EPA, l’agence américaine de protection de l’environnement.
La catastrophe écologique se double d’une crise de crédibilité pour l’EPA. Edgar Ringballow, chef du service communication de l’EPA, a cependant une idée originale pour regagner la confiance du public : « emprunter » un communicant à François Hollande.
« On a fait un « brainstorming », explique Ringballow, et quelqu’un a commencé à raconter cette histoire de Président arrivant à survivre politiquement après avoir fait le contraire de ses promesses électorales. Et de conclure « C’est le conseiller en communication de ce type qu’il nous faudrait ».
Après coup, j’ai vérifié, et j’ai été impressionné : comment les socialistes français ont-ils pu faire avaler le contraste entre le discours du Bourget (« mon ennemi c’est la finance ») et la loi sur la séparation des banques qui ne touchait qu’un pour cent de leurs activités ou les millions de baisses de charges pour les entreprises ? Mais ce qui m’a finalement convaincu ce sont les promesses continues d’inversion de la courbe du chômage suivie d’une hausse ininterrompue du nombre de chômeurs, sans jamais aucune remise en cause de la politique. Faire passer ça, c’est du grand art ».
Edgar Ringallow est donc entré en pourparlers avec la présidence française pour lui demander le détachement momentané d’un responsable de son service communication. Détachement qui devrait être facilité par l’intervention personnelle du président Obama, les présidents français ayant la réputation d’être prêts à tout pour être vus en compagnie de l’homme le plus puissant du monde. « Avec le précédent, ça n’aurait pas été possible, explique Ringallow, Obama ne voulait plus en entendre parler depuis qu’il racontait partout qu’il avait sauvé à lui tout seul l’économie mondiale pendant la crise financière. Hollande quant à lui a plutôt une image de petit gros sympa à qui on a envie de rendre service… »  Ringallow est donc persuadé que tout est réuni pour lui permettre de sauver l’image de son agence.

          Gaétan-Olivier Zé


le JT de France 2 aurait difiusé des reportages sans lien avec les programmes de la chaîne

Scandale  au JT de France 2:  des observateurs ont noté mardi soir qu’entre le sujet sur les championnats de natation et celui sur le village préféré des Français se sont glissés plusieurs reportages sans rapport direct avec un programme diffusé sur France 2. Les sujets d’enquêtes ne manquent pourtant pas parmi les émissions de France 2, ou à la rigueur de France 3 : les accusations de harcèlement sexuel contre le père Fouras (qui non content de poursuivre de ses assiduités Felindra et la Boule, aurait également eu des rapports contre nature avec les tigres), la mystérieuse impunité du coiffeur de Stéphane Bern – dont chacun s’accorde qu’il aurait dû être jeté en prison depuis longtemps – ou le trafic de consonnes auquel se serait livré un membre de l’équipe des Chiffres et des Lettres, sont autant de sujets qui méritaient d’être traités à la place des pitoyables reportages sur la guerre au Yémen ou la bombe d’Hiroshima, qui ne peuvent avoir aucune retombée sur les audiences de France télévision.

                                                      Bernard Tizier pour l’Unfaux


Zohra Bitan a-t-elle raison de suggérer aux femmes de rétorquer par une gifle aux comportement machistes des hommes politiques?

Nous avons posé la question à la féministe de la rédaction*, Olympe Roland. Sa réponse est catégorique :

Non, la gifle n’est pas une réaction adaptée. D’abord pour des raisons pratiques : la main qui assène la gifle peut être interceptée au niveau du poignet, surtout si l’homme est plus fort physiquement que son adversaire. Ensuite parce qu’il existe une riposte beaucoup plus efficace et adaptée au fonctionnement psychologique des hommes : le coup de pied, ou mieux, le coup de genou dans les couilles. Efficace, par son caractère inattendu et parce que c’est un geste court et rapide plus difficile à arrêter qu’une gifle, le coup de genou dans les couilles présente aussi l’avantage de s’attaquer au siège de la pensée masculine, ce qui devrait l’homme dans un état d’hébétude qui devrait laisse à sa victime le temps de sortir rapidement de la pièce.

———————————-

* Oui, nous avons UNE féministe à la rédaction. Mais, comme dit le rédac-chef, « les féministes, c’est comme les Auvergnats, quand il y a une, ça va, c’est quand il y a beaucoup que c’est un problème » ** NDLR

** il a dit ça à jeun le réac-chef, il n’était donc pas dans son état normal. Quand il a bu, la petite Olympe, il lui… euh, en fait, oubliez cette note. Personne ne lit les notes de toute façon, encore moins les notes dans les notes…


Le syndicat des journalistes sportifs soutient Canal+

Le principal syndicat de journalistes français en France prend position dans  l’affaire du boycott de Canal+

Petit rappel des faits : le PSG et l’OM ont décidé, vendredi, de boycotter Canal+ pour avoir montré des images de joueurs qui insultaient les arbitres et qui ont été ensuite suspendus pour ces insultes.
Par conséquent, lors des conférences de presse, les joueurs et les dirigeants de l’OM et du PSG refusent de répondre lorsqu’un journaliste s’est identifié comme travaillant pour Canal+. Une situation inadmissible pour les autres journalistes présents, et qui a entraîné une réunion d’urgence du principal syndicat de journalistes sportifs français. Son président, Bernard Douain nous a accordé une interview exclusive :
Q : Bonjour, Bernard Douain, vous êtes Président de l’AJSF, l’Association des journalistes sportifs français, qui vient de se réunir en comité extraordinaire. Quelle est la position de l’AJSF sur le boycott de Canal+ ?
R : nous ne pouvons pas accepter que des clubs empêchent nos collègues d’exercer leur profession, alors qu’ils n’ont fait que leur métier. Nous avons donc rédigé une lettre ouverte, qui sera publiée dans l’ensemble de la presse sportive de demain, pour demander aux clubs concernés de revenir sur leur décision.
Q : Vous pensez que cela suffira ?
R : C’est une première étape. Nous avons également décidé de demander à nos membres de boycotter les conférences de presse qui refuseront des questions de canal+.
Q : quelle forme prendra ce boycott ?
R : Dès qu’un joueur ou dirigeant refusera de répondre à une question parce qu’elle a été posée par un confrère de Canal+, tous nos journalistes se lèveront et quitteront la salle.
Q : N’est-ce pas une réaction excessive, après tout ce n’est que du sport ?
R : Non, je ne vois pas pourquoi l’éthique serait réservée aux journalistes soi-disant « sérieux ». Les journalistes de Canal+ ont montré des images que les clubs auraient préféré cacher. Les journalistes de Canal, ce sont nos lanceurs d’alerte, et ce sont des journalistes SPORTIFS.
Q : Vous semblez fiers de vos collègues.
R : Oui, en étant victimes de la censure, ils prouvent que les journalistes sportifs sont des journalistes à part entière. Tout le monde n’en est pas persuadé. Quand on dit qu’on est journaliste, ça suscite tout de suite la curiosité, mais dès qu’on ajoute le mot « sportif », on a droit aux ricanements et aux sourires en coin.[il commence à s’échauffer] Vous savez que des petits malins nous ont surnommés l’AJSSSF : association des journalistes sportifs (si, si) de France. [le ton monte] Nous allons montrer à nos collègues de Reporters sans frontières qu’ils n’ont pas le monopole de l’éthique. [il hurle presque] Nous nous battrons pour sauver nos collègues condamnés à ne plus parler qu’aux joueurs de Lorient ou de Toulouse, voire du FC Metz ! [se calmant] : enfin, euh, oui, quel était la question ?
Q : vous avez parfaitement répondu ; je crois que je vais vous laisser à vos occupations, vous semblez très occupé.
R : oui, je ne devrais pas vous le dire, mais nous avons été contactés par des journalistes de France 3. Vous savez que la SNCF porte plainte, après que des coureurs ont passé un passage à niveau fermé pendant le Paris-Roubaix. Apparemment, des coureurs de Paris-Roubaix ont décidé lancer un boycott de France télévision pour avoir montré les images. Et le cyclisme, c’est très important pour certains journalistes de France tv. Les années où il n’y a pas de morts au Dakar, le cyclisme, c’est 80 % du temps d’antenne de Gérard Holtz…
Nous nous retirons discrètement pendant que Bernard Douain continue à parler : « on est avec toi Gérard, tu es le Edward Snowden du service public, le Bradley Manning de la bicyclette… »
Propos recueillis par Yves Havitt, pour l’UnFaux.