le JT de France 2 aurait difiusé des reportages sans lien avec les programmes de la chaîne

Scandale  au JT de France 2:  des observateurs ont noté mardi soir qu’entre le sujet sur les championnats de natation et celui sur le village préféré des Français se sont glissés plusieurs reportages sans rapport direct avec un programme diffusé sur France 2. Les sujets d’enquêtes ne manquent pourtant pas parmi les émissions de France 2, ou à la rigueur de France 3 : les accusations de harcèlement sexuel contre le père Fouras (qui non content de poursuivre de ses assiduités Felindra et la Boule, aurait également eu des rapports contre nature avec les tigres), la mystérieuse impunité du coiffeur de Stéphane Bern – dont chacun s’accorde qu’il aurait dû être jeté en prison depuis longtemps – ou le trafic de consonnes auquel se serait livré un membre de l’équipe des Chiffres et des Lettres, sont autant de sujets qui méritaient d’être traités à la place des pitoyables reportages sur la guerre au Yémen ou la bombe d’Hiroshima, qui ne peuvent avoir aucune retombée sur les audiences de France télévision.

                                                      Bernard Tizier pour l’Unfaux


Zohra Bitan a-t-elle raison de suggérer aux femmes de rétorquer par une gifle aux comportement machistes des hommes politiques?

Nous avons posé la question à la féministe de la rédaction*, Olympe Roland. Sa réponse est catégorique :

Non, la gifle n’est pas une réaction adaptée. D’abord pour des raisons pratiques : la main qui assène la gifle peut être interceptée au niveau du poignet, surtout si l’homme est plus fort physiquement que son adversaire. Ensuite parce qu’il existe une riposte beaucoup plus efficace et adaptée au fonctionnement psychologique des hommes : le coup de pied, ou mieux, le coup de genou dans les couilles. Efficace, par son caractère inattendu et parce que c’est un geste court et rapide plus difficile à arrêter qu’une gifle, le coup de genou dans les couilles présente aussi l’avantage de s’attaquer au siège de la pensée masculine, ce qui devrait l’homme dans un état d’hébétude qui devrait laisse à sa victime le temps de sortir rapidement de la pièce.

———————————-

* Oui, nous avons UNE féministe à la rédaction. Mais, comme dit le rédac-chef, « les féministes, c’est comme les Auvergnats, quand il y a une, ça va, c’est quand il y a beaucoup que c’est un problème » ** NDLR

** il a dit ça à jeun le réac-chef, il n’était donc pas dans son état normal. Quand il a bu, la petite Olympe, il lui… euh, en fait, oubliez cette note. Personne ne lit les notes de toute façon, encore moins les notes dans les notes…


Le syndicat des journalistes sportifs soutient Canal+

Le principal syndicat de journalistes français en France prend position dans  l’affaire du boycott de Canal+

Petit rappel des faits : le PSG et l’OM ont décidé, vendredi, de boycotter Canal+ pour avoir montré des images de joueurs qui insultaient les arbitres et qui ont été ensuite suspendus pour ces insultes.
Par conséquent, lors des conférences de presse, les joueurs et les dirigeants de l’OM et du PSG refusent de répondre lorsqu’un journaliste s’est identifié comme travaillant pour Canal+. Une situation inadmissible pour les autres journalistes présents, et qui a entraîné une réunion d’urgence du principal syndicat de journalistes sportifs français. Son président, Bernard Douain nous a accordé une interview exclusive :
Q : Bonjour, Bernard Douain, vous êtes Président de l’AJSF, l’Association des journalistes sportifs français, qui vient de se réunir en comité extraordinaire. Quelle est la position de l’AJSF sur le boycott de Canal+ ?
R : nous ne pouvons pas accepter que des clubs empêchent nos collègues d’exercer leur profession, alors qu’ils n’ont fait que leur métier. Nous avons donc rédigé une lettre ouverte, qui sera publiée dans l’ensemble de la presse sportive de demain, pour demander aux clubs concernés de revenir sur leur décision.
Q : Vous pensez que cela suffira ?
R : C’est une première étape. Nous avons également décidé de demander à nos membres de boycotter les conférences de presse qui refuseront des questions de canal+.
Q : quelle forme prendra ce boycott ?
R : Dès qu’un joueur ou dirigeant refusera de répondre à une question parce qu’elle a été posée par un confrère de Canal+, tous nos journalistes se lèveront et quitteront la salle.
Q : N’est-ce pas une réaction excessive, après tout ce n’est que du sport ?
R : Non, je ne vois pas pourquoi l’éthique serait réservée aux journalistes soi-disant « sérieux ». Les journalistes de Canal+ ont montré des images que les clubs auraient préféré cacher. Les journalistes de Canal, ce sont nos lanceurs d’alerte, et ce sont des journalistes SPORTIFS.
Q : Vous semblez fiers de vos collègues.
R : Oui, en étant victimes de la censure, ils prouvent que les journalistes sportifs sont des journalistes à part entière. Tout le monde n’en est pas persuadé. Quand on dit qu’on est journaliste, ça suscite tout de suite la curiosité, mais dès qu’on ajoute le mot « sportif », on a droit aux ricanements et aux sourires en coin.[il commence à s’échauffer] Vous savez que des petits malins nous ont surnommés l’AJSSSF : association des journalistes sportifs (si, si) de France. [le ton monte] Nous allons montrer à nos collègues de Reporters sans frontières qu’ils n’ont pas le monopole de l’éthique. [il hurle presque] Nous nous battrons pour sauver nos collègues condamnés à ne plus parler qu’aux joueurs de Lorient ou de Toulouse, voire du FC Metz ! [se calmant] : enfin, euh, oui, quel était la question ?
Q : vous avez parfaitement répondu ; je crois que je vais vous laisser à vos occupations, vous semblez très occupé.
R : oui, je ne devrais pas vous le dire, mais nous avons été contactés par des journalistes de France 3. Vous savez que la SNCF porte plainte, après que des coureurs ont passé un passage à niveau fermé pendant le Paris-Roubaix. Apparemment, des coureurs de Paris-Roubaix ont décidé lancer un boycott de France télévision pour avoir montré les images. Et le cyclisme, c’est très important pour certains journalistes de France tv. Les années où il n’y a pas de morts au Dakar, le cyclisme, c’est 80 % du temps d’antenne de Gérard Holtz…
Nous nous retirons discrètement pendant que Bernard Douain continue à parler : « on est avec toi Gérard, tu es le Edward Snowden du service public, le Bradley Manning de la bicyclette… »
Propos recueillis par Yves Havitt, pour l’UnFaux.


Environnement : un stagiaire renvoyé de France 2 renvoyé pour faute grave.

France 2 vient de renvoyer un stagiaire du service de l’information pour faute grave. Certain que ce serait l’un des sujets du journal, il avait commencé à rassembler de la documentation sur les marches pour le climat, en particulier celle de New York qui a ressemblé un nombre sans précédent de 300 000 manifestants.
« Une perte de temps impardonnable, » explique un représentant de la chaîne : « il aurait du savoir qu’un sujet qui ne parle pas de Nicolas Sarkozy, des difficultés de François Hollande ou de la récolte des fruits et légumes n’avait aucune chance de passer à l’antenne. À part ça, nous traitons évidemment de l’actualité internationale, tant qu’il s’agit de la menace islamiste ou de l’ebola, des trucs qui font peur, quoi. » Le même stagiaire avait eu un avertissement la semaine dernière pour une autre initiative malheueuse : après avoir entendu que le Medef affirmait que la suppression de deux jours fériés permettrait un point de croissance supplémentaire, il  avait eu l’idée  saugrenue de compiler pour la rédaction une liste d’économistes pour leur demander  leur avis. Grossière erreur : « il fallait compiler les prévisions météo, pour savoir dans quelle ville effectuer un micro-trottoir, qui est la seule façon valable de traiter un sujet en profondeur » explique le même responsable.

Albin de Mairre, pour l’UnFaux